Accueil

Autres articles Bibliographie  

Article du mois

 

 

 

Pourquoi la Biodanza est-elle efficace?

 

par David Diez Sánchez

Directeur de l’école de Biodanza Sistema Rolando Toro de Madrid – Centro

 

 

 

 

Les personnes qui pratiquent la Biodanza sont surprises de constater les effets transformateurs qu’elles éprouvent et la croissance qu’elles expérimentent dans de nombreux domaines de leur vie. Et, de plus, s’en s’être quasi rendu compte de rien alors que cela se passait.

 

Au-delà de la joie et du plaisir des séances de Biodanza, se cache un système créé par le psychologue Rolando Toro Araneda, très contrasté et très étudié pour développer les potentiels humains.

 

Un système très COMPLET

 

L’éventail des bénéfices qu’apporte la Biodanza est étonnamment vaste.

 

·         Dans la relation avec soi-même : elle développe des capacités comme la régulation des émotions, l’estime de soi, la créativité, la proactivité et la prise d’initiative, la confiance en soi, l’optimisme, la joie, la motivation, la concentration et la capacité à fluer.

·         Dans la relation aux autres personnes : elle développe des capacités comme la communication, l’assertivité, l’empathie, la confiance, le respect, l’acceptation, le feedback, la gestion des conflits

·         Dans la relation avec le tout : elle renforce le lien avec la nature, la perception de faire partie d’une unité plus grande (totalité cosmique), l’amplification de la conscience et amène à une sensation différente de sa propre existence et de l’univers.

 

·         Au niveau organique : elle équilibre le système nerveux autonome (intégrant la stimulation du système sympathique-adrénergique et parasympathique-cholinergique), favorise la capacité de relâchement, réduit le stress, renforce le système immunitaire, élève l’humeur endogène (l’état d’âme), active des processus de réparation cellulaire et de régulation globale des fonctions biologiques.

 

Cette pluralité d’effets est en même temps une fin et un moyen pour renforcer l’efficacité du système puisque ces effets se renforcent l’un l’autre. Par exemple, si je suis capable d’établir des relations plus affectueuses avec les autres personnes, mon estime de moi se renforce probablement également, je me sentirai plus courageux, l’anxiété avec laquelle je me relie à l’existence se réduira, je me sentirai plus profondément partie d’un tout.

 

Un système VIVENCIEL

 

Nous savons que nous apprenons beaucoup mieux de l’expérience, plutôt que de voir ou écouter quelque chose.

 

As-tu essayé d’apprendre à nager par internet ? As-tu essayé d’apprendre à être plus heureux avec un manuel ?

 

En Biodanza, on apprend à partir de la vivencia et non par une approche cognitive, à partir ce que nous vivons dans l’ici et maintenant et non à partir d’un récit de ce que nous avons vécu à un groupe ou à un thérapeute.

 

L’apprentissage sous forme vivencielle s’intègre beaucoup mieux et dure plus longtemps, il finit par faire partie de la personne parce que c’est un processus plus naturel et plus complet.

 

Les vivencias en Biodanza  ne sont pas n’importe quel type d’expériences, c’est « une expérience vécue avec une grande intensité par un individu dans un laps de temps ici et maintenant, englobant les fonctions émotionnelles, cénesthésiques et organiques «  (Rolando Toro Araneda).

 

Cela veut dire que la vivencia implique tout notre organisme, notre façon de penser, d’agir et de se relier avec notre entourage. Elle nous aide donc à transférer l’apprentissage à d’autres contextes, à le transposer dans notre vie quotidienne.

L’induction fréquente de types déterminés de vivencias réorganise les réponses face à la vie.

 

L’action régulatrice des exercices de Biodanza n’agit pas sur le cortex cérébral volontaire mais sur la région limbique-hypothalamique. Les vivencias sont subjectives, spontanées, antérieures à la conscience, englobent l’identité comme un tout, donnent lieu à des sensations et se combinent en générant des émotions.

 

La Biodanza agit par l’induction de vivencias intégrantes de joie, de paix, de tendresse, d’érotisme, de transcendance, d’élan vital, d’enthousiasme….

 

Elle agit à partir du POSITIF

 

Potentialiser le positif de l’être humain est un des leitmotivs de la Biodanza et peut-être un des principaux responsables de l’essor de la Biodanza ces dernières années.

 

Elle se centre sur « comment potentialiser ce qui va bien » et non sur « comment remédier à ce qui va mal ». Les ceux processus sont évidemment complémentaires et pratiquement indissociables mais ils ont des particularités différentes.

 

La Biodanza s’oriente vers le renforcement des ressources et des capacités réelles de chaque personne et de celles qu’elle partage avec le reste de l’humanité. Elle ne s’intéresse pas tant aux problèmes mais aux potentialités, sachant que, résultant fréquemment de cela, elle résout également les maux bien que ce ne soit pas son but principal ; « quand il est possible de faire grandir la ‘partie lumineuse’ d’un malade, la ‘partie obscure’, représentée par les symptômes, tend à se réduire » (Rolando Toro Araneda, 2000).

 

En Biodanza, nous ne prétendons pas combattre la tristesse, mais augmenter la joie ; nous n’abordons pas la peur mais notre valeur ; nous ne provoquons pas la colère mais la confiance et la dignité qui facilitent un comportement assertif.

 

Cela ne signifie pas que nous « évitons » ou « nions » les émotions désagréables, nous visons l’acceptation et l’intégration de toutes les émotions et leur canalisation adéquate ; « Les émotions peuvent s’exprimer par des chemins sains ou pathologiques. Exprimer les émotions n’est pas s’en libérer, mais les manifester de façon adéquate » (Rolando Toro Araneda).

 

Cette approche est très motivante, elle facilite l’ouverture au changement en évitant des « défenses » et accélère le renforcement de la personne.

 

Beaucoup de ressources INTÉGRÉES

 

La Biodanza allie les bénéfices connus de nombreux éléments, mais la clé particulière de ce système est qu’elle les utilise de façon hautement intégrée entre eux : « Reliés en un ensemble cohérent, par un modèle théorique scientifique, ils sont un faisceau d’écofacteurs aux effets extraordinaires, capables d’influer également sur les lignes de programmation génétique » (Rolando Toro Araneda).

 

Les « 7 pouvoir de la Biodanza » sont :

 

  • ·    La musique : une sélection choisie qui obéit à des critères sémantiques, comme leurs significations thématiques, émotionnelles et vivencielles, en totale cohérence avec les objectifs posés

  • ·    La danse intégrante : un répertoire très étudié pour activer les mouvements humains de façon harmonieuse et intégrée ; des exercices d’intégration sensori-motrice, affectivo-motrice, de sensibilité cénesthésique et des danses simples qui stimulent les vivencias de vitalité, sexualité, créativité, affectivité et transcendance.

  • ·    La méthodologie vivencielle : expliquée antérieurement.

  • ·    La transe : un état modifié de conscience qui demande la diminution de l’ego et la régression au primordial, à l’originel et, d’une certaine façon, à des étapes périnatales. Elle a des effets comme la rénovation biologique, parce que pendant cet état se rééditent les conditions biologiques du commencement du développement humain (métabolisme plus important et éveil de la perception cénesthésique) et les  besoins de protection, nutrition et contact.

  • ·    La caresse : la connexion avec les personnes est essentielle pour la croissance, mais la connexion verbale est insuffisante. Il faut le contact, la danse à deux ou collective et l’engagement corporel dans un contexte sensible, subtile et en feedback. La caresse n’est pas seulement un contact mais une connexion.

  • ·    L’expansion de conscience : un état de perception élargie qui se caractérise par un rétablissement du lien primordial avec l’univers. Son effet subjectif est un sentiment intense d’unité ontocosmologique et une joie transcendante qui permet de découvrir un nouveau sens de la vie et qui a un effet durable sur le sentiment d’exister et la façon d’être dans le monde.

  • ·    Le groupe : qui intègre au niveau affectif et est un champ d’interactions très intense. Les situations de rencontre ont le pouvoir de changer profondément les attitudes et les formes de liens.

    

Haut de page     Articles précédents

    

 

Accueil

Autres articles

Bibliographie